Restauration de livres

Depuis l'Antiquité tardive une multitude de techniques ainsi que des matériaux très variés ont été utilisés pour relier un livre.



Cette diversité représente un défi constant pour le restaurateur. S'y ajoute le souhait de l'institution détentrice de l'oeuvre de pouvoir exploiter son patrimoine livresque au quotidien. Il est ainsi impératif de chercher un compromis entre les souhaits des bibliothécaires et archivistes et les possibilités concrètes des restaurateurs.



Voici quelques exemples pratiques tirés de notre quotidien de restaurateurs :

Couverture en bois

Jusqu'au 16e siècle les couvertures de livre étaient habituellement façonnées en bois. Malgré le fait que nombre de ces couvertures en bois présentent des fractures, des fissures ou certains dégâts dus aux rongeurs, comme matériel de couverture le bois reste beaucoup plus stable que le carton, utilisé par la suite.
▶ Einband / Holzdeckelband (texte en allemand : «Couverture / couverture en bois»)

Couverture en cuir

Dans cette catégorie nous incluons les livres dont la couverture est en carton ou faite de matériaux composites semblables et qui ont été entièrement ou partiellement enrobés de cuir. Une couverture en cuir représente davantage de difficultés pour le restaurateur en raison de la méthode de reliure moins stable que celle utilisée pour le bois.
▶ Restaurierung von Lederbänden (texte en allemand : «Restauration des couvertures en cuir»)

Couverture en parchemin

Le parchemin est constitué d'une peau d'animal desséchée, chaulée et étirée. Contrairement au cuir le parchemin n'est pas tanné et dans de bonnes conditions de conservation il s'avère plus durable que le cuir. Cependant, parmi tous les matériaux de couverture le parchemin reste le plus sensible au contact de l'eau et à des altérations d'humidité ambiante. Dans de telles conditions il s'assouplit, s'étire et se déforme considérablement.
▶ Restaurierung von Pergamentbänden (texte en allemand : «Restauration des couvertures en parchemin»)

Couverture en textile

Dans cette catégorie nous incluons les livres ayant été entièrement ou partiellement enrobés de tissus de genres variés. Même si le tissu en tant que matériel de couverture est très fréquent, sa restauration n'en demeure pas moins exigeante. Le tissu est effectivement assez peu extensible et il n'est pas facile de lui donner la forme souhaitée. Un textile ancien reste fragile et la moindre tension exercée sur ses fibres peut provoquer la rupture. Les dommages les plus communs sont les déchirures ou zones effilochées. Une couverture de livre en velours aura tendance à perdre sa structure de surface duvetée en fibres dressées.
▶ Restaurierung von Gewebebänden (texte en allemand : «Restauration des couvertures en textile»)

Couverture en carton ou avec couvrure en papier

Il s'agit ici de livres dont la couverture est entièrement constituée de carton ou doublée de papiers décorés. Les relieurs appliquaient fréquemment aux livres une couvrure à motifs colorés de papiers dominotés ou marbrés. Vu sa minceur, le papier s'expose à une usure plus rapide et se déchire facilement.
▶ Restaurierung von Papierbänden (texte en allemand : « Restauration des couvertures en papier »)

Remplacement de la couverture

Parfois la couverture d'un livre manque entièrement ou les feuillets des cahiers s'ouvrent mal en raison d'un mauvais façonnage de la couverture. Dans ce cas-là le client pourra souhaiter une nouvelle couverture. Elle aura pour fonction de protéger le corps du livre et de permettre une ouverture facile de l'ouvrage afin d'atténuer les dégâts lors de sa manipulation.
▶ Herstellung von Konservierungseinbänden (texte en allemand : « Remplacement de la couverture »)